Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Direction des Recherches de la Faculté de Théologie de l'UCNH

Pardon Luther

30 Octobre 2021 , Rédigé par Henri Claude TELUSMA Publié dans #Conférence

Cher Luther,

Je dois avouer que vous avez eu de très bonne intention en voulant débarrasser l’Église de certaines doctrines non conformes à  l’essence de la vérité biblique. La vente des indulgences, le purgatoire et l’interdiction de la lecture de la Bible aux fidèles et la déification papale étaient parmi vos principales revendications. Vous avez compris que l’Église d’alors se détachait des enseignements des apôtres et de ceux du Christ en particulier. Vous avez compris que cette Église-là constituait les principaux obstacles à la conversion, à la rencontre du Christ. Donc, vous avez voulu aider l’Église à retrouver sa vraie vocation : une communauté de croyant qui adore Dieu dans une fraternisation harmonieuse et qui par ses actions évangéliques, attire les autres vers Christ, le Sauveur du monde.

Vous avez voulu une Église qui est toujours à l’écoute de Dieu, une Église où le silence du peuple favorise l’écoute de la parole prophétique de Dieu. Vous avez rêvé d’une Église qui prend plaisir à la lecture et à la méditation de la parole de Dieu, une Église qui tire ses paroles dans la Parole. Celle Qui oriente ses prophéties en fonction des limites kérygmatiques et eschatologiques de la Bible. Vous avez voulu une Église qui respecte ses limites par rapport à la sagesse infinie de Dieu. L’Église rêvée est celle qui se considère comme chemin qui mène à Christ.                                                                       

Pardon Luther, car à l’Eglise, le bruit a pris la place du silence. Votre Église perd le sens de l’écoute : l’écoute de Dieu, l’écoute de l’autre et l’écoute de soi. Chacun veut parler, parler plus haut que l’autre. Chacun veut chanter, chanter plus fort que l’autre. Votre Église, Luther, est de plus en plus cacophonique. À l’Église, l’émotion a pris la place de la méditation, et l’adoration est confondue avec la manifestions et le défoulement.

Pardon Luther, car nous avons mal compris le sens du sacerdoce universel du croyant. Cette mauvaise compréhension crée un libertinage théologique où chacun se croit prophète, sacrificateur et interprète de la parole, où chacun croit qu’il a une liberté de dire n’importe quoi dès qu’il s’agit d’une réflexion biblique. Tout se croit spécialiste de la Bible. La démocratisation en ce qui a trait à la lecture de la Bible se confond avec une démagogie théologique. Ce qui donne naissance à plein d’hérésies, de contre vérité et même des suicides intellectuels. On a compris aujourd’hui que l’accès à tous de lire la Bible est en inadéquation à l’étude théologique. Beaucoup croit que les études théologiques sont anti bibliques… Ils ont oublié que la réforme est le résultat de beaucoup d’années d’études et de recherches théologiques.

Pardon Luther parce que nous avons oublié que le Christ seul veut dire aussi Tout le Christ. L’Église d’aujourd’hui divise le Christ. Chacun prend la partie de la vie du Christ qui donne raison à sa foi, ou cette partie de l’enseignement du Christ qui lui rend confortable. L’Église a oublié que le Christ est un et que son enseignement n’est pas différent de sa personne. L’Église a oublié qu’une partie du Christ n’équivaut pas à Christ. Le Christ seul = Tout le Christ.

Pardon Luther, nous avons mal compris aujourd’hui le sens de La Bible Seule. Dans l’esprit de votre réforme, la Bible seule a voulu dire aussi Toute la Bible, pas une partie de la Bible seule. Certaines églises issues de la réforme se contentent de fonder toute une série de doctrine à partir d’un verset, d’un mot ou d’une illustration biblique. L’Église a oublié que tout texte pris hors de son contexte est un prétexte. Beaucoup d’églises sont plus biblistes que bibliques. L’Église a désappris que l’on doit interpréter la Bible en fonction de la Bible et à partir de la Bible. La Bible seule =Toute la Bible.

Pardon Luther, car la question de la foi seule est devenue aujourd’hui très superstitieuse. La Bible présente la foi comme une démonstration. D’autre part, des apôtres exigent qu’on ajoute un peu de raison et de science à la foi. Mais aujourd’hui, l’Église se jette dans une série de recette « magique », d’interpellation douteuse et d’entêtement spirituel. La foi, au lieu d’être christocentrique est plutôt centrée sur un leader ou sur une assemblée locale, dans le sens que certes, il faut avoir la foi en Dieu, mais cette foi se limite à une Église bien déterminée. Cette foi qui sauve se veut donc une foi qui détache le fidèle de toutes autres activités séculières. Par une telle foi, le fidèle devient de plus en plus angélique, exclusiviste, antibiblique et antithéologique.

 

Pardon Luther, dès ce que l’Église que vous avez voulu reformer, au lieu d’être un lieu d’adoration, se transforme en un endroit où l’on chasse les démons et où l’on fait même la promotion des esprits malins.

Recevez, cher Luther, l’expression de mes profonds regrets.

 

Votre tout dévoué

Henri Claude TÉLUSMA

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Mr. Henri Claude Télusma. Vos mots me touchent profondément, j'aurais bien aimé refaire quelques choses en ces temps difficile. Voyant que les gens se sont détournés des valeurs ou de l'idéal même de la réformation... mais J'ai déjà fait mon temps. Alors je laisse à vous de remédier à cette situation comme moi je l'ai fait avant vous...<br /> <br /> Sola Fide, Sola gratia, Solus Christus...<br /> <br /> Martin Luther.
Répondre
J
Merci, c'est bien. <br /> Mes félicitations, professeur.
Répondre